Le col roulé, vêtement reconnaissable par tout le monde au premier coup d’œil, ne court pourtant pas les rues dès les premiers coups de froid de l’automne venus. Synonyme d’une certaine élégance pour les hommes, comment se fait-il qu’il ne soit pas plus courant ? Voici pourtant les nombreux avantages indéniables qu’il peut offrir à la gent masculine.

Le col roulé face à la cravate

Historiquement, le pull à col roulé est un pull épais qui s’est développé au début du XXème siècle dans le sport tout d’abord (notamment le hockey), mais aussi dans la marine où il était un allié efficace pour lutter contre le vent. Le col roulé s’est ensuite imposé au début des années 1960 comme une alternative à l’omniprésente cravate, alors de plus en plus perçue comme le comble du conformisme. Il donné en effet un air habillé et distingué tout en débarrassant celui qui la porte du côté travailleur formalisé qu’on associe automatiquement à la cravate. Sous la forme de pull d’abord, le col roulé s’impose ensuite sous d’autres formes, notamment le sous-pull ou, plus récemment, la veste.

Le vêtement fétiche des anticonformistes

De nombreuses personnalités récentes sont indissociables de leur pull à col roulé. Parmi elles, on retrouve par exemple de nombreux visionnaires qui ont contribué à changer le monde à leur manière, à influencer les modes de penser à l’échelle internationale. C’est par exemple le cas du Commandant Cousteau, véritable idole précurseur de l’exploration sous-marine mais aussi de sa préservation, ou encore de Steve Jobs, le fameux businessman créateur d’Apple dont les innovations et les idées, aussi bien en matière de technologies que d’entreprenariat, ont influencé des millions d’inconditionnels du monde entier.

Le chanteur et artiste excentrique Philippe Katerine apparaît également souvent vêtu d’un pull à col roulé. Dans un registre plus esthétique, on se souvient certes de Steve McQueen, mais surtout plus récemment de Daniel Craig, qui a réussi à révolutionner à l’écran le look pourtant si figé du personnage de James Bond, en arborant une veste à col roulé dans le film 007 Spectre sorti en 2015.

Pour affiner la silhouette

Côté silhouette, en s’étirant le long du coup, il est évident que le col roulé affine la silhouette. Qu’il soit porté dans un contexte classique BCBG ou plus sportif, il allonge celui qui le porte, le fait paraître plus fin. À l’origine, d’ailleurs, le col roulé avait été conçu comme un vêtement androgyne, et on ne peut nier que cette image lui est restée : autant qu’elle masculinise la silhouette féminine (c’est d’ailleurs un vêtement très symbolique pour plusieurs mouvements féministes), elle féminise la silhouette masculine.

Il est en effet rare de trouver un vêtement qui donne aujourd’hui tant d’allure, de manière indistincte, à une femme comme à un homme. De cette façon, car il est souvent plutôt moulant, le col roulé met considérablement en valeur les bustes musclés et charpentés, et il souligne les mentons dessinés à la serpe.

Un vêtement pratique, efficace contre le froid

Ne l’oublions pas, le col roulé est évidemment le meilleur ami des hommes frileux dès que l’hiver pointe le bout de son nez. Le cou est une des parties les plus sensibles au froid du corps humain. En le protégeant du froid et surtout du vent, le col roulé est une arme de choix pour lutter contre les petits désagréments de l’hiver, notamment les rhumes et les angines. Il est enfin un vêtement pratique en toute circonstance, puisqu’il se porte aussi bien en intérieur qu’en extérieur, seul ou sous une veste.

 

Publié dans : Mode

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *